Views
1 year ago

Miles #22 Spécial Zoute Grand Prix

  • Text
  • Toute
  • Interdite
  • Produpress
  • Copie
  • Strictement
  • Consentement
  • Zoute
  • Voitures
  • Faire
  • Prix
Miles #22 Spécial Zoute Grand Prix

Drinking STEFAAN BETTENS

Drinking STEFAAN BETTENS Big Boss Et si vous étiez un livre, une devise, un coup de gueule, une campagne de com, une émission de télé… Miles a mis sur le grill du questionnaire de Proust le king de la boisson cool et branchée, Stefaan Bettens. Par Céline Pécheux Digne héritier d’une famille de limonadier, Stefaan Bettens est le patron de la société Jet Import, l’une des plus grandes sociétés d’importation et de marketing de boissons internationales telles que Red Bull, Corona Extra, Heineken, Desperados (à la Tequila), l’eau design Ty Nant, les eaux bien-être Carpe Diem ou encore les Bionades, le tonic Fever Tree... Des produits qu’il a su rendre mode et tendance mais surtout incontournables dans la plupart des supermarchés, bars, discothèques, restaurants et hôtels du Royaume. Rencontre. De quel monde venez-vous ? Je suis ¼ français, ¾ belge. Fils d’entrepreneur, je suis pratiquement né dans la limonade. Celle que mon grand-père et mon père fabriquaient (Jet Fridranken) depuis 1945 et embouteillaient (Seven Up) depuis 1960. J’ai rejoint l’entreprise familiale en 1990 dépoussiérant les anciennes méthodes classiques pour imposer un plan marketing avant-gardiste. Aujourd’hui, 70 personnes oeuvrent chaque jour au succès de Jet Import. C’est une magnifique entreprise, jeune et surtout ultra dynamique. Votre réseau ? Mon réseau est difficile à décrire. Il ne cible pas forcément les entrepreneurs ou les grands patrons. Je m’entoure de gens qui ont d’abord une liberté de pensée, des artistes, des jeunes, des avocats, des musiciens... Parler de business à longueur de journée, ça m’ennuie beaucoup. J’ai besoin d’avoir des amis qui viennent de différents horizons pour sentir les changements dans le monde et anticiper les tendances. 62 Miles #22 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV.

Votre plus grande fierté ? Mon fils de 5 ans. Un homme qui a réussi est un homme qui voit son enfant déployer progressivement ses «ailes»... Votre prochain challenge ? Sur le court terme, le lancement de trois nouveaux Red Bull sur le marché : Lime, Tropical et Cranberry. Il faut anticiper les tendances et adapter les produits en fonction de l’air du temps. On propose avec cette nouvelle gamme des goûts plus accessibles, plus naturels, sans conservateur tout en conservant l’ADN originel du produit (ses vitamines et sa caféine). Sur le long terme, mon challenge c’est de pousser mes employés à se dépasser et faire en sorte que mon entreprise puisse tourner un jour sans moi. Prendre le rôle de consultant plutôt que de dirigeant. Votre boisson préférée ? Je n’ai pas de chouchou parmi mes « enfants » (ndlr : en parlant des marques qu’il distribue). Il m’est impossible de choisir. Je les aime toutes pour des raisons différentes. Au quotidien, le Red Bull ! J’en bois comme je bois du café. Ensuite ça dépend vraiment des occasions. A la maison, c’est une Bionade. A la plage, ce sera une Corona. Votre passe temps ? Ecouter de la musique classique. Pour moi, c’est le meilleur moyen de se détendre et de faire le point. On comprend beaucoup de choses sur la vie en écoutant du Bach. Un métier que vous ne pourriez pas exercer ? Quand on est patron d’une entreprise comme Jet Import, on doit pouvoir faire tous les métiers ! L’administratif comme le marketing, la communication, la finance comme de la gestion. Je m’investis au maximum dans tous les rouages de la société et ne laisse rien au hasard. Le cadeau que vous offrez le plus souvent ? Mes nouveaux produits. J’aime voir et savoir ce que les gens en pensent en direct. Le plus beau compliment que l’on puisse vous faire ? J’aime partager mon enthousiasme avec les gens qui m’entourent, alors quand ils me disent qu’il aiment être en ma compagnie, c’est pour moi, le plus beau compliment du monde. Les chansons qui squattent votre iPod ? Du Bach ou du Mozart. C’est de la pure magie. Une échappatoire quand je suis stressé. Votre plus vilain défaut ? La gourmandise. Une destination de week-end ? Knokke. La maison. Il nous arrive souvent de réserver des vacances et puis d’annuler en dernière minute car on se sent trop bien chez nous. J’aime profiter de ce que j’ai. Une personne avec laquelle vous aimeriez rester coincé dans un ascenseur ? Donald Trump. J’aimerais beaucoup passer un moment avec lui pour percer le mystère. Comprendre ce qu’il se passe dans sa tête. Je n’arrive toujours pas à expliquer comment il a pu arriver à un tel niveau de pouvoir. Votre retraite ? Ce n’est pas pour demain. Je n’ai que 53 ans et je ne suis pas du genre à me reposer sur mes lauriers. Je suis toujours à la recherche de nouveaux défis. Dans ma vie privée comme personnelle, je ne peux pas rester en place. Je change tout le temps d’avis, de régions. J’ai habité à Louvain, Gand et maintenant à Knokke. Une destination où j’aimerais me poser un jour ? La Californie. Son coup de maître L’implantation de Red Bull chez nous et son succès fulgurant! La boisson énergisante qui fait tenir les fêtards jusqu’au bout de la nuit n’a d’ailleurs pas fini de faire parler d’elle… Avec son plan marketing sans faute et savamment calculé, cette marque s’est immiscée avec brio dans tous les médias comme dans notre propre consommation. Leader incontesté dans le domaine des boissons énergisantes, celle-ci s’offre le luxe d’apporter trois nouvelles variantes sur le marché : Tropical, Lime et Cranberry et reste le partenaire n° 1 des disciplines sportives à sensations fortes. La clé du succès? « Innovation, qualité, adaptation et motivation », scande le patron. La recette du breuvage dont tout le monde parle? Peu de gens la connaissent. La rumeur veut d’ailleurs qu’une canette de 25 cl compte autant de caféine que plusieurs tasses de café. « Pas du tout », nous dit en souriant Stefaan Bettens, qui, de Menin, près de Courtrai, distribue la marque en Belgique et au Luxembourg depuis 1996. Il avait alors 33 ans. « Une canette, répond-il, c’est l’équivalent d’un café. Le Red Bull n’est donc pas plus dangereux qu’une tasse de café. » 63 Miles #22 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV.