Views
1 year ago

Miles #24 Spécial Printemps

  • Text
  • Toute
  • Produpress
  • Copie
  • Strictement
  • Interdite
  • Consentement
  • Bruxelles
  • Chez
  • Riva
  • Premier
Miles #24 Spécial Printemps

Reportage Riva 1 2 Un

Reportage Riva 1 2 Un Riva, c’est beau. Beau comme un coucher de soleil sur les rives du lac Iseo où la marque est née il y a 175 ans. Beau comme le mythe qu’elle a créé avec patience et longueur de temps. Riva comme riviera, trois syllabes qui sonnent voluptueusement, comme un art de vivre teinté de dolce vita, celle chère à Anita Ekberg et Marcello Mastroianni, dans ce film magistral de Federico Fellini. Riva, comme «ri» et «va» vers le bonheur de sentir cette coque faite du meilleur bois fendre les flots avec cette impression d’aisance que seule peut conférer la classe ultime, celle qui fait les modes, laissant le soin à d’autres de marcher dans les pas qu’elle aura laissés dans l’histoire. Et quelle histoire, que celle-ci ! Savoir-faire et faire savoir Car Riva, c’est avant tout l’histoire d’une homme. Plutôt d’une dynastie amorcée par le patriarche Pietro qui, dans la foulée d’une tempête ayant ravagé les bateaux de pêche d’un petit village sur les rives du lac Iseo, en 1842, allait rapidement, par son savoir-faire et son intuition, son sens des affaires aussi, s’ériger comme le sauveur en participant à la reconstruction d’une flottille permettant à l’économie locale de redémarrer. On ne parle pas encore alors de plaisance. On fait en effet dans l’utile, le besogneux, les besoins immédiats: des cargos de frêt et des transports de passagers… Mais, et il ne le sait pas encore, Pietro Riva amorce un virage historique. Et le début de la légende. Car dès la fin de la 1 ère guerre mondiale, l’Italie, comme le reste de l’Europe d’ailleurs, éprouve ce besoin de légèreté, d’insouciance, de farniente. Et l’économie renaissante se tourne vers le loisir, ce besoin de passer à autre chose. Ce besoin de vivre, tout simplement. Ce que hume très bien Serafino, le fils qui, dans l’entre-deux-guerres, oriente Riva vers la compétition et se détache des navires purement utilitaires. Le virage est pris. Objet de vénération Et dès la fin de la seconde guerre mondiale, c’est cette fois Carlo Riva, arrivé à la tête de l’enteprise qui donnera véritablement ses lettres de noblesse à la marque, en comprenant très tôt les ressources du marketing et d’une communication rodée. Dans les années 50, il lance une gamme de plaisance qui, déjà, recourt aux meilleurs matériaux, tel l’acajou, et fait l’objet d’un design avant-gardiste. C’est l’époque de la gamme des célèbres Ariston, Tritone (le premier 1. La grande et belle histoire de Riva commence en réalité en 1842 sur les rives du lac Iseo. 2. Dès le début de 1950, Riva séduit la jet-set mondiale en mal de farniente, ce qui contribue grandement à la notoriété de la marque. 3.. Les années 30 sont marquées par un engagement en compétition, synonyme de nombreux titres et records. 4. Dans les années 50-60, la gamme Tritone pose les bases d’une star à venir: l’Aquarama (illustré ici), devenu objet de culte. 3 à recevoir deux moteurs inboard, ainsi que les honneurs… d’Anita Ekberg qui en acquiert un exemplaire et contribue à la renommée naissante de la marque), puis le Sebino. Mais son coup de génie sera sans aucun doute le très beau Aquarama, qui est à la navigation de plaisance haut de gamme ce que Ferrari ou Lamborghini sont alors à l’automobile: des icônes. L’Aquarama est aujourd’hui devenu un véritable objet de vénération que des amateurs fortunés s’arrachent à prix d’or sur un marché de l’occasion où la rareté justifie le prix. On veut un Aquarama pour dire que l’on en possède un ; pas forcément pour naviguer. Comme une œuvre d’art que l’on garde précieusement, pour se rassurer sur son bon goût et… ses capacités financières. Depuis 2000, Riva fait partie du groupe Ferretti, mais la famille possède encore la concession que Carlo avait fait creuser dans la roche du port de Monaco en 1959, avec l’autoriosation exceptionnelle du Prince Rainier, et qui assure encore aujourd’hui l’entretien et l’hivernage d’une dizaine d’Aquarama, patientant sagement aux côtés d’un récent Aquariva, le successeur en matériaux composites de l’icône, au design largement inspiré. Chut : pour l’heure ils hibernent, sûrs de leur pouvoir d’attraction dès que les beaux jours reviendront sur le plus célèbre rocher du monde… 4 54 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV. Miles #24

Life Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV. Miles #24 55

Miles