Views
1 year ago

Miles #24 Spécial Printemps

  • Text
  • Toute
  • Produpress
  • Copie
  • Strictement
  • Interdite
  • Consentement
  • Bruxelles
  • Chez
  • Riva
  • Premier
Miles #24 Spécial Printemps

DUEL AU SOMMET:

DUEL AU SOMMET: SENNA/PROST Un regard illustré sur les plus belles rivalités de l’histoire du sport. Pour le lancement de cette chronique, Miles a choisi le duel entre Ayrton Senna et Alain Prost. Boris Rodesch Illustration A. Kool Retour sur cette rivalité unique qui, dès la fin des années 80 jusqu’au début des années 90, a fait vibrer le monde de la Formule 1, tant sur les pistes que dans les paddocks. Pour les journalistes, les pilotes, les amateurs de F1 et les dirigeants de la Fédération Internationale Automobile (FIA), il était impossible de ne pas choisir son camp: on était pro-Senna ou pro-Prost. D’un côté Alain Prost, le Professeur (4 fois Champion du Monde), reconnu pour sa science de la course. En face, Ayrton Senna, alias Magic Senna (3 fois Champion du Monde), à l’habilité surnaturelle, et sans égal sur piste mouillée. Les deux pilotes se partagent 7 titres mondiaux de 1985 à 1993. Le dénouement de trois d’entre eux se joue sur le bitume de Suzuka, lors du Grand Prix du Japon. Voilà pour le décor. L’histoire de ce «Duel au Sommet» peut commencer ! Saison 1988 : la confirmation Au terme de la saison 1987, Prost (déjà double Champion du Monde) fait le forcing pour attirer Senna, le jeune prodige, chez McLaren. Et il y parvient. En 1988, Ron Dennis (patron de McLaren) jubile et remporte avec ses deux pilotes 15 des 16 courses. Senna fête son premier titre mondial au Japon, au terme d’une course d’anthologie. En pole position devant Prost, sa McLaren reste bloquée sur la grille, avant qu’il profite d’une averse providentielle pour entamer sa remontée et s’imposer avec plus de 13 secondes d’avance sur le Professeur. «Magic Senna» est né ! Saison 1989 : la confrontation Si, en 1989, les premières vraies tensions apparaissent à Saint Marin où Senna rompt le pacte 66 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV. Miles #24

Ici, Ayrton Senna et Jean-Marie Balestre de non-agression du premier tour, ce n’est rien en comparaison de l’atmosphère pesante qui règne dans les paddocks de Suzuka, en fin de saison. Prost remportera le titre si Senna ne finit pas la course. Le Brésilien doit l’emporter pour pouvoir encore espérer. Prost, en tête après 46 tours, est proche d’une 3 e couronne. Mais aux abords d’une chicane, Senna, plus rapide, tente de passer. Prost ferme la porte brutalement et provoque l’accident. Le Français abandonne. Le Brésilien, aidé par les commissaires, peut repartir et gagner la course. On pense le championnat relancé… C’était sans compter sur la décision tardive du controversé Jean-Marie Balestre, Président de la FIA de 1985 à 1993. Senna est disqualifié pour avoir court-circuité la chicane. L’image du Professeur qui se précipite vers les commissaires pour dénoncer la manœuvre est tristement célèbre. Prost fête son 3 e titre mondial la tête basse. Senna est dégoûté. De là à dire que le Français Jean-Marie Balestre a pu influencer les débats, il n’y a qu’un petit pas à franchir… Saison 1990 : la séparation Prost est passé chez Ferrari. Les deux rivaux ne s’adressent plus la parole. Prost est lassé du comportement de Senna et Suzuka est à nouveau le théâtre d’un triste final. Les rôles s’inversent. Senna sera sacré Champion du Monde si Prost ne finit pas la course. Comme lors des deux éditions précédentes, Magic Senna et le Professeur sont en première ligne. L’avantcourse est marquée par plusieurs polémiques. D’abord une réunion où Jean-Marie Balestre a la mémoire courte et fait voter à l’unanimité par les pilotes le droit de court-circuiter la chicane. Senna se sent trahi et quitte la salle. Le roi de la pole demande ensuite que l’emplacement de sa pole position, sur le mauvais côté de la piste, soit changé. La requête acceptée par les instances est finalement refusée suite à une intervention de Jean-Marie Balestre. L’ambiance sur la grille de départ n’a jamais été si lourde. Huit secondes suffisent au verdict. La Ferrari prend le meilleur départ et l’accident a lieu au premier virage. Senna provoque délibérément une collision avec Prost. Vengeance ou excès de confiance guidé par une foi excessive ? La course, suivie par des millions de téléspectateurs, est un nouveau fiasco. Ayrton Senna est Champion du Monde pour la deuxième fois. Prost est furieux. La Formule 1 venait de vivre trois saisons gravées dans l’histoire du sport. Si Ayrton Senna ajoutait un 3 e titre à son palmarès en 1991, Alain Prost, lui, prenait sa retraite en 1993, fort d’un 4 e sacre mondial. La saison suivante, Senna lui succédait chez Williams-Renault et connaissait cette fin tragique, alors en tête au 7 e tour du Grand Prix de Saint-Marin, dans le virage de Tamburello sur le circuit d’Imola. Nous vous laissons avec ce message d’Ayrton enregistré lors des essais libres et diffusé sur TF1 quelques minutes avant le départ de cette maudite course du dimanche 1 er mai 1994 : « Pour commencer, un bonjour à notre ami Alain. Tu me manques Alain...» Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV. Miles #24 67