Views
10 months ago

Miles #27 Old Is The New Young

  • Text
  • Toute
  • Strictement
  • Produpress
  • Copie
  • Interdite
  • Consentement
  • Presse
  • Chez
  • Swatch
  • Montre
Miles #27 Old Is The New Young

DUEL AU SOMMET BIRD /

DUEL AU SOMMET BIRD / JOHNSON Un regard illustré sur les plus belles rivalités de l’histoire du sport. Le duel entre Larry Bird et Earvin Johnson qui débute à l’université a révolutionné le jeu et sauvé la NBA. Boris Rodesch Illustration: A. Kool 46 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV.

ICONIC Larry Joe Bird alias « Larry Legend » est né dans l’Indiana en 1956. Earvin « Magic » Johnson, Jr, est né en 1958 dans le Michigan. Le premier est un ailier qui évolue aux Celtics de Boston, le second joue meneur aux Los Angeles Lakers. Magic est le roi des passes à l’aveugle, Bird est un shooter né. Les deux basketteurs enflamment la NBA dans les années 1980. Ils remportent à eux deux 8 titres de champions et 6 titres de meilleur joueur de la ligue. LES ANNÉES COLLÈGES Larry Bird grandit dans la petite ville de French Lick en Indiana. Quatrième enfant d’une famille de six, il a 18 ans lorsque son père se suicide. Issu d’une famille pauvre, ce fils d’ouvrier est un enfant timide. À l’inverse, Earvin Johnson est extraverti. Il grandit avec ses 9 frères et sœurs à Lansing au Michigan. Mais les deux garçons ont une valeur commune : ils misent tout sur le basketball. En 1978, Larry et Earvin sont récompensés. Ils font connaissance en sélection américaine au World Invitational Tournament, tournoi opposant une équipe de joueurs universitaires aux équipes de Cuba, d’URSS et de Yougoslavie. Leur première confrontation a lieu le 26 mars 1979 à Salt Lake City en finale du championnat universitaire NCAA. Les Sycamores d’Indiana State, une petite équipe où évolue Larry Bird, affrontent l’équipe réputée des Spartans de Michigan State d’un certain Earvin Johnson. Les deux stars en devenir sont le principal sujet de discussion et leurs profils opposés participent à l’attrait de la rencontre. Les Spartans s’imposent et celui qui est surnommé « Magic » Johnson par un journaliste du Michigan est élu MVP (Most Valuable Player) du tournoi NCAA. Larry Bird, lui, joue le pire match de sa jeune carrière. Cette rencontre reste l’évènement universitaire qui a connu la plus grande audience aux Etats-Unis. À une époque où la NBA est en déclin, à cause de problèmes liés au racisme et à la drogue, lâchée par ses principaux sponsors, cette rivalité naissante va souffler un vent de fraicheur sur la discipline. LES DÉBUTS EN NBA En 1978, Larry Bird est sélectionné en 6 e position de la draft (les équipes sélectionnent à tour de rôle un joueur issu de l’université, du lycée, ou de l’étranger. C’est le point d’entrée principal pour la majorité des joueurs évoluant en NBA) par les Celtics de Boston, mais il choisit de jouer sa dernière saison à l’université. Avec 650.000 $, il décroche la saison suivante le plus gros contrat de l’histoire pour un rookie (joueur débutant dans une ligue). En 1979, Earvin Johnson, 1 er choix de la draft, rejoint les Lakers de Los Angeles. L’ambiance dans la ligue est morose. Pour la NBA qui est en crise, l’arrivée de ces deux rookies charismatiques est une aubaine. Larry Bird est attendu comme le messie. Il est désigné malgré lui « The Great White Hope » par les nombreux blancs lassés de voir briller des joueurs noirs en NBA. Dans le vestiaire au contraire, ses coéquipiers noirs doutent de ses capacités. Mais très vite, Bird s’impose et les Celtics, qui sortent de leur plus mauvaise saison en 30 ans, se qualifient pour la finale de la Conférence Est. À l’ouest, Earvin Johnson vît son rêve californien. Surnommé le prince de Los Angeles, Magic s’épanouit en Californie. Et si, au terme de la saison, c’est Larry Bird qui est élu rookie de l’année, les Celtics échouent en finale de la conférence Est. Bird, jaloux, assiste en tribune au succès des Lakers et au premier titre de Magic. Le seul rookie MVP des finales NBA signe aussi l’exploit de remporter un troisième titre en quatre ans après son trophée au lycée et à l’université. Le meneur des Lakers prend alors une toute autre dimension. Il enchaine les spots publicitaires et fréquente les stars du show-business. Homme à femmes, il multiplie les conquêtes et se déplace en limousine, tandis que Larry Bird ne change pas ses habitudes modestes. Il reste un gars proche du peuple et maintient ses valeurs simples qui plaisent tant aux travailleurs de Boston. L’année suivante, il est enfin récompensé. Les Celtics s’imposent en finale de la NBA face aux Rockets de Houston. Larry Legend fête son premier titre majeur. En 1982, c’est au tour des Lakers d’être sacrés champions. Magic est pour la deuxième fois MVP des Finales à seulement 23 ans. Les deux joueurs collectionnent les prix individuels, mais c’est leur altruisme, leur faculté de toujours jouer pour l’équipe qui les propulse au sommet. LES 3 FINALES : CELTICS VS LAKERS À l’aube de la saison 1983-1984, Magic et Bird sont adulés, ils ont déjà 3 titres en NBA à eux deux. Magic signe un contrat de 25 millions de dollars pour ses 25 ans. Les deux hommes sont liés, ils s’observent secrètement, se respectent et se motivent tout au long de leur carrière, mais ils ne se sont jamais affrontés chez les pros. Il faut attendre la finale NBA en 1984. Les Celtics s’imposent à domicile 4-3 dans une rencontre qui bat tous les records d’audience. Les Lakers s’inclinent pour la huitième fois d’affilée contre les Celtics en finale. Cinq ans après sa défaite au championnat universitaire NCAA, Bird savoure sa revanche sur Magic. En 1985 les Lakers changent l’histoire. Ils battent enfin les Celtics en finale. Magic est triple champion NBA. Les Celtics prennent leur revanche l’année suivante contre les Rockets de Houston. Bird est élu une troisième fois de suite MVP. Il rejoint Magic avec trois titres en NBA. Au terme de la saison 1986-87, les deux équipes s’affrontent en finale pour la troisième fois en quatre ans. Bird et Magic ne le savent pas, mais il s’agit de leur dernière confrontation. La victoire revient aux Lakers, qui s’imposent 4-2. Magic remporte en 1988 un cinquième titre avant de s’incliner deux années consécutives en finale face aux Detroits Pistons. Le 7 novembre 1991, le numéro 32 des Lakers donne une conférence de presse pour révéler sa séropositivité et son retrait immédiat des parquets. Entre 1988 et 1992, Larry Bird, lui, traîne de graves problèmes de dos. Et si les deux joueurs arrêtent leur carrière prématurément, maladie pour l’un et douleurs atroces au dos pour l’autre, ils se retrouvent une dernière fois sur le parquet aux jeux Olympiques à Barcelone, en 1992. Quatorze ans après leur rencontre en sélection américaine, les deux amis rem- Michael Jordan, Charles Barkley ou David Robinson… Les deux légendes se retirent, mais la NBA a de belles années devant elle. Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV. 47