Miles

Miles #36 - RESTER - Réinventer sa manière de bouger
Miles #34 - De Noordzee - Uitgesteld Afscheid!
Miles #34 - Mer du Nord On en Veut Encore !
Views
1 year ago

Miles #31 Capturer le Temps

  • Text
  • Toute
  • Produpress
  • Copie
  • Strictement
  • Interdite
  • Consentement
  • Frazier
  • Monde
  • Faire
  • Jamais
Miles #31 Capturer le Temps

1. A gauche, la Type 57C

1. A gauche, la Type 57C Coupé Spécial, voiture ayant appartenu à Ettore Bugatti en personne. 2. L’ancien propriétaire, Marc Newson, a fait construire chez Hermès ce set de bagages façonné sur mesure pour la Type 35. 3. Pour Ettore, rien n’était trop beau... 4. La Type 57 Stelvio Gangloff de 1938. 2 3 58 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV.

Comment débute une histoire telle que la vôtre ? «En ce qui me concerne, elle a débuté quand j’avais 12 ans, lorsque j’ai commencé à bricoler (ou plutôt à chipoter) sur une mobylette. Et quand j’ai eu l’âge légal pour pouvoir conduire une mobylette, à 16 ans, j’avais déjà atterri dans le monde des quatre-roues. Ma première voiture était une Opel Kapitän de 1939. Eh oui, je me suis directement mis à la “vieille ferraille” ». La vieille ferraille. Erwin Beerens le répétera encore quelques fois en parlant de ses voitures. Avec l’ironie qui lui est propre, mais il n’est pas nécessaire de creuser longtemps pour révéler sa passion pour la mécanique. « Cette Opel a connu le même sort que la mobylette, je l’ai complètement démontée de mes propres mains... et je l’ai vendue dans des boîtes. Des erreurs de débutants, n’est-ce pas ». Beerens est entre-temps devenu synonyme d’un puissant empire automobile dans et aux alentours d’Anvers, même si ce n’est pas dans cette ville qu’il a fait ses premières armes dans le monde des affaires. « J’ai débuté dans le secteur alimentaire. Les voitures et la mécanique constituaient bien une passion, mais n’avaient rien à voir avec mon métier. Jusqu’en 1994 lorsque la Antwerpse Automobiel Maatschappij (AAM - Société Automobile d’Anvers) a fait faillite et que j’ai repris l’entreprise. C’est ainsi que j’ai atterri dans le secteur de la distribution automobile. » L’ours blanc du garage Beerens s’est entre-temps fait une place dans le paysage anversois. .LE PATRON Mais à la maison, il n’y a pas beaucoup de voitures neuves. « J’ai petit à petit commencé une collection, en continuant à acheter et à vendre. La plupart de mes voitures ont été achetées à des ventes aux enchères, à chaque fois sans avoir une voiture précise en tête, mais simplement en tentant de faire de bonnes affaires. Même si cette technique comporte toujours un risque, car Jusqu’à ce que j’aie petit à petit constaté que ma collection évoluait vers ce qui point les créations d’Ettore Bugatti étaient innovantes d’un point de vue technique. Le fait que nous partagions les mêmes initiales n’est rien de plus qu’une heureuse coïncidence. » De nouveau ce sourire teinté d’ironie. « Ma première Bugatti était un modèle Type 44 que j’ai acheté en 1985 et que j’ai revendu en 1989. J’ai entre-temps déjà eu au moins 25 Bugatti. Ce n’est que lorsque vous êtes réellement mordu de mécanique que vous appréciez à à huit cylindres sans joint d’étanchéité en caoutchouc entre la culasse et le bloc-moteur, ils ont utilisé des compresseurs pour exploiter plus de puissance des moteurs. Le nombre de brevets qu’Ettore Bugatti a déposé est tout simplement impressionnant. » 1 4 HERMÈS-BUGATTI Chaque voiture possède une histoire, comme par exemple le modèle Type 57 Coupé Special de 1938. « Également connu sous le nom “Le Patron”. Elle était la deau à Ettore par le personnel de son usine à Molsheim. Elle est équipée d’un moteur de compétition avec un compresseur d’un Type 59 intégré. » 1927, avec un palmarès de course à en tomber par terre et qui a déjà appartenu à un bon paquet de propriétaires. « Le propriétaire précédent était Marc Newson, un designer australien qui a notamment conçu la fameuse Apple Watch, mais également des vêtements pour G Star Raw, par exemple. Quand il était en possession de cette voiture, il travaillait chez Hermès et a fait construire un set de bagages spécial, intégré derrière les sièges. Une pièce unique. Toutefois, l’élément qui permet à la collection d’Erwin Beerens de se distinguer réellement des autres est la présence de nombreuses pièces qui sont placées dans des boîtes çà et là. Prêtes à être démontées et assemblées à nouveau. Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV. 59