Miles

Views
2 years ago

Miles #37 - ETRE BIEN, ETRE BEAU

  • Text
  • Peau
  • Faire
  • Monde
  • Beau
  • Consentement
  • Interdite
  • Strictement
  • Copie
  • Produpress
  • Toute
Miles #37 - ETRE BIEN, ETRE BEAU

STORY DUEL AU SOMMET :

STORY DUEL AU SOMMET : MAYWEATHER / PACQUIAO Un regard illustré sur les plus belles rivalités de l’histoire du sport. Floyd Mayweather, Jr. et Manny Pacquiao cumulent une vingtaine de titres mondiaux et plus de 100 victoires. Boris Rodesch, Illustration: A. Kool Ils sont reconnus comme étant les deux plus grands talents de leur génération. Sacrés une première fois champions du monde en 1998, ils resteront au sommet de leur discipline durant plus de vingt ans. Floyd Mayweather, Jr. est un boxeur américain né le 27 février 1977 à Grand Rapids, dans le Michigan. Manny Pacquiao, de son vrai nom Emmanuel Dapidran Pacquiao, né le 17 décembre 1978 à Bukidnon sur l’île de Mindanao, est un pugiliste philippin, aussi sénateur dans son pays depuis 2010. Le premier, surnommé « Pretty Boy » puis « Money », six fois champion du monde dans cinq catégories de poids distinctes, a signé l’exploit de rester invaincu durant toute sa carrière, remportant 50 combats, dont 27 par K-O. Le second, Manny Pacquiao, alias « Pacman », qui est le seul boxeur de l’histoire à avoir remporté le titre suprême dans huit catégories de poids différentes, a signé 62 victoires, dont 39 avant la limite, pour 7 défaites et 2 nuls. Si les amateurs du noble art ont dû prendre leur mal en patience, l’affrontement entre les deux meilleurs boxeurs des années 2000, baptisé le combat du sicle , a finalement eu lieu le mai à la MGM Grand Garden Arena de Las Vegas. 32 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV

Une enfance entre guerre et seringues Floyd Mayweather, Jr. a la boxe dans le sang. Son père, homonyme, était également boxeur professionnel en poids moyens, tandis que son oncle, Roger Mayweather, fut champion du monde des super-plumes WBA et des super-légers WBC. Floyd, qui grandit sur les rings, accompagne son père au gymnase et reçoit sa première paire de gants à 7 ans. Il vit dans une banlieue difficile, entouré d’un pre devenu dealer et d’une mre toxicomane. Lorsqu’il a 16 ans, son père doit purger une peine de prison. L’adolescent, livré lui-mme, profite du seul soutien de sa grand-mère, qui voit déjà en lui un grand boxeur. Manny Pacquiao passe, lui, son enfance dans l’ombre de la guerre aux Philippines. Avec sa sœur aînée et ses deux frères cadets, ils habitent dans une cabane en feuilles de cocotiers. Son père est absent et sa mère a du mal à suivre. Manny est forcé d’arrêter l’école en sixième primaire. Alors qu’il ne mange qu’une semaine sur deux, celui qui vend des beignets dans la rue décide de se lancer dans une carrière amateur de boxe, pour subvenir aux besoins de sa famille. Bronze olympique et subterfuge Floyd débute sa carrière chez les amateurs en 1993. Grâce à son style, déjà rapide et précis, et à une défense exceptionnelle, héritée de son père, explosif et vif sur ses appuis, le jeune homme remporte les Golden Gloves nationaux en 1993, 1994 et 1996. La même année, il intègre l’équipe amateur de boxe américaine ualifiée pour les eux olmpiues d’tlanta. n demi-finale, il essuie sa dernire défaite, mais il décroche néanmoins la médaille de bronze chez les poids plumes. vec un palmars ui affiche victoires contre défaites, « Pretty Boy » passe professionnel en octobre 1996. Deux ans lui suffisent pour obtenir son premier sacre mondial WBC dans la catégorie des super poids plumes. Manny est, lui, âgé de 14 ans lorsqu’il rejoint Manille pour se lancer dans une carrière amateur. Vivant dans une précarité extrême, il dort dans un gymnase. Le jeune boxeur, au style très agressif, enchaîne les combats pour un total de 60 victoires et 4 défaites. « Pacman » décide ensuite de passer professionnel à 16 ans, sachant qu’il faut avoir 18 ans pour obtenir sa licence… L’histoire raconte que trop léger pour pouvoir combattre dans la catégorie mi-mouches, il se présentait à la pesée avec des objets lourds en poches et qu’il était aussi contraint de boxer avec des gants plus lourds. Il enchaine néanmoins 11 victoires avant de connaître sa première défaite par K-O et de changer de catégorie pour rejoindre les poids mouches. Le Philippin trouve son rythme et remporte la ceinture asiatique avant de devenir champion du monde WBC dans cette catégorie en 1998. Entrer dans la légende Le début des années 2000 voit nos deux protagonistes enchaîner les titres suprêmes. Manny a rejoint les États-Unis où il est entrainé par l’ancien boxeur américain, Freddie Roach. Floyd est, lui, coaché en intermittence par son oncle et par son pre. l s’affirme comme un boxeur cérébral au coup d’il phénoménal. Méthodique et chirurgicale, la prise de risque ne fait pas partie de son ADN. Il multiplie les victoires et remporte les titres de WBC poids légers en 2002, WBC poids super-légers en 2005 et IBF, IBO, WBC et IBA poids welters en 2006. En 2007, il bat aussi le Golden Boy, Oscar De La Hoya, — dans un combat qui sera le plus disputé de sa carrière — pour le titre WBC des poids super-welters, et le Mancunien, Ricky Hatton, pour le titre WBC des poids welters. Dans la foulée, lassé par la boxe, l’Américain crée la surprise et se retire — laissant ses titres vacants avant de renfiler les ants en . Manny, gaucher redoutable, en mouvement perpétuel, qui prône un style spectaculaire, mais risqué, n’est pas en reste. Il remporte le titre WBC des poids super-coqs en 1999, le titre IBF des poids super-coqs en 2001 et le titre WBC international des super-plumes en 2005 et en 2008. La même année, le Philippin glane aussi les titres WBC des super-plumes et des poids légers. Les deux boxeurs sont au sommet, nous sommes en 2009 et le monde de la boxe se pavane à l’idée d’une confrontation directe entre deux hommes qui ont réussi à dévier l’attention du grand public de la catégorie reine, les poids lourds. « Que vous m’aimiez ou me détestiez, vous me regarderez boxer ! » Depuis 2007, Floyd a créé Mayweather Promotion. Il est son propre patron. C’est lui qui gère l’organisation et la promotion de ses combats tel un businessman. Arrogant, maître du trashtalking, le mal-aimé s’entoure — dans son coin du ring — de personnalités comme Justin Bieber ou 50 Cent. Il devient aussi l’athlète le mieux payé de la planète. Manny, rejoint, lui, en 2008, l’écurie Top Rank — récemment lâchée par Floyd — du légendaire promoteur de boxe, Bob Arum. Le comportement vénal et provocateur de celui que l’on appelle désormais Floyd « Money » Mayweather contraste avec la personnalité de « Pacman », fervent chrétien, acteur, chanteur et demi-dieu dans son pays, malgré une image écorchée par des propos homophobes et par sa réputation de joueur et de coureur de jupons. Les deux boxeurs ont envie de s’affronter, mails ils font face à des négociations tumultueuses qui dureront 6 longues années. En 2015, lorsque le combat, autoproclamé combat du sicle par lod, est enfin prorammé, beaucoup pensent que cet affrontement a lieu 5 ans trop tard. Le Philippin a 36 ans, l’Américain 38, et ils ne sont objectivement plus dans leurs meilleures années. N’en déplaise à certains, ce sera, à l’époque, le combat le plus lucratif de l’histoire de la boxe. Les chiffres donnent le tournis. Il aura généré au total près de 700 millions de dollars, dont 410 millions de dollars en payper-view, rien qu’aux États-Unis. « Money » empochera, lui, le plus gros chèque de l’histoire du sport avec un montant estimé à 180 millions de dollars contre 120 pour « Pacman »! Et pourtant, ce combat tant attendu est un vrai op. l oppose un aeather calculateur et ultra défensif à un Pacquiao — diminué par une blessure à l’épaule — plus offensif, mais moins précis. Résultat : 12 rounds ennuyants au bout desquels Floyd sera sacré vainqueur par décision unanime des juges. Il remporte du même coup trois ceintures WBC, WBA et WBO des poids welters. En 2017, Floyd « Money » Mayweather défraie une nouvelle fois la chronique en s’imposant contre le champion star du MMA, Connor cGreor, dans un combat surnommé he mone fiht en 2019, Manny « Pacman » Pacquiao devient, lui, à 40 ans et 7 mois, le champion WBA welters le plus âgé de l’histoire. Aussi fou que cela puisse paraître, certains espèrent encore un ultime affrontement entre les deux légendes. Affaire à suivre… Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV 33