Miles

Views
10 months ago

Miles #38 - AU TEMPS DU DEDANS

  • Text
  • Nouveau
  • Trois
  • Faire
  • Monde
  • Consentement
  • Interdite
  • Strictement
  • Produpress
  • Copie
  • Toute
Miles #38 - AU TEMPS DU DEDANS

PIÈCE CULTE LA

PIÈCE CULTE LA SALOPETTE DICKIES La marque emblématique de workwear est passée de l’uniforme de fermier au vestiaire des rappeurs de la Côte Ouest en moins d’un siècle. Mais comment ça ? Nicolas Mauclet Dites bonjour au Colonel Dickie ! On est en 1918 à Bryan, Texas. Avec son associé, C. N. Williamson, il décide de lancer une petite affaire de «véhicule avec harnais». De charrettes, en somme. Quelques mois plus tard, ils lancent la U.S. Overall Company, avec laquelle ils produisent leur premier vêtement: une salopette «fabriquée pour durer» (sic). «Overall», c’est ainsi que l’on désigne le noble vêtement en anglais. Mais la compagnie est rapidement renommée Williamson-Dickie Manufacturing Company ou Dickies, pour les intimes. Elle se cantonne alors au vêtement de travail destiné aux fermiers et autres travailleurs laborieux à la recherche de confort et solidité. Mais, bientôt, c’est un autre secteur qui se montre plus qu’intéressé. Après avoir traversé la Grande Dépression, la marque au fer à cheval (rapport aux charrettes) est réquisitionnée pendant la Deuxième Guerre Mondiale pour fabriquer les uniformes militaires américains et assoie sa réputation de vêtements résistants. À la fin de la guerre, elle devient également indispensable à la vie civile et Mr Williamson se lance dans une politique d’expansion, capitalisant sur les vertus sans frontière du workwear (le vêtement de travail). Sa philosophie, est le it or use, le rt lemloi, ien avant le rtor ter. Dans les années 50, 60 et 70, elle s’étend à l’Europe et au Moyen-Orient, et la salopette fait fureur ! C’est à partir de la fin des années 80 que la marque connaît un tournant décisif: avec l’essor des skateurs de la Côte Ouest, les jeunes recherchent des vêtements confortables pour pratiquer leur sport. La marque tombe alors dans le viseur des minorités des quartiers pauvres de Los Angeles et devient un incontournable du style cholo. C’est quoi ça ? C’est le look des gangsters latinos californiens: jeans oversized portés bas, chaussettes hautes et Cortez. Le «chill» façon nineties. C’est le début d’une longue histoire d’amour entre Dickies et la street culture. Les membres du groupe mythique N.W.A (Niggaz’ With Attitude), Tupac, Snoo ogg, arren ,ils ortent tous la marque ave une seule règle: plus c’est large mieux c’est. À cette époque, c’est le pantalon et le short multipoches qui l’emportent sur la salopette, mais elle n’a pas dit son dernier mot. Pendant ces années, Dickies gagne ses galons en streetcred’ (sa crédibilité urbaine) et se transmet aux nouvelles générations. Aujourd’hui, la salopette est définitivement réapparue. Elle se porte large, sur un t-shirt blanc avec une paire de Air Force. On la découvre dans le dressing de Kendrick Lamar, Travis Scott et A$AP Rocky, devenant au streetwear ce que le track pants est au sportswear: un intemporel. La salopette en jeans, 85€ 24 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV

FOOD RELAX, IT’S JUST FOOD Nourrir son corps, se faire du bien au ventre et à la tête avec des aliments sains, gourmands et des compléments alimentaires parfaitement adaptés, c’est la clé… Elisabeth Clauss & Juliette Debruxelles Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV 25