Miles

Views
10 months ago

Miles #38 - AU TEMPS DU DEDANS

  • Text
  • Nouveau
  • Trois
  • Faire
  • Monde
  • Consentement
  • Interdite
  • Strictement
  • Produpress
  • Copie
  • Toute
Miles #38 - AU TEMPS DU DEDANS

«LES VENTES

«LES VENTES AUX ENCHÈRES ONT BESOIN DE PUBLIC» «Le collectionneur est plus que jamais disposé à investir dans les oldtimers automobiles de collection à présent, puisque l’argent à la banque ne rapporte plus rien», explique l’expert de Bonhams Philip Kantor. «Avec une nuance : il doit s’agir de la bonne voiture.» Une rétrospective et une prospective. GARAGE BOX BY Johan Dillen Photos : Bonhams Si le coronavirus n’a pas réussi à anéantir toutes nos certitudes, il est tout de même parvenu à mettre la société sur pause en 2020. «Il n’existe actuellement aucune certitude», explique Philip Kantor, dirigeant de Bonhams European Motor Cars. Ceci dit, le grand art est encore vendu aux enchères pour des montants importants chez Bonhams. La Bugatti T55 Super Sport avec une carrosserie Figoni de 1931, vendue aux enchères au début de cette année au Grand Palais à Paris pour 4,6 millions d’euros, en est la preuve. La BMW 507 Roadster de 1959, qui a récemment rapporté plus de 2 millions d’euros lors de la Zoute Sale à Knokke en est un autre exemple. «La Bugatti a une histoire hors du commun, avec une participation aux 24 Heures du Mans en 1932. La carrosserie Figoni est venue par après. Elle est exceptionnelle et toute son histoire est connue. Il existe suffisamment de raisons qui justifient que son nouveau propriétaire ait estimé qu’elle valait beaucoup plus cher qu’une Bugatti Type 55 de moindre qualité. La BMW 507 que nous avons vendue aux enchères à Knokke suit le même schéma : une voiture en parfait état de restauration dont l’histoire est connue et dont le premier propriétaire est en outre célèbre en la personne du Prince Constantin, membre de la famille royale grecque et futur Roi.» Le collectionneur semble encore plus disposé à investir et se faire plaisir qu’autrefois. «Tout le monde ne souffre pas de la même manière de la crise. D’une part, les collectionneurs voient des opportunités à présent que les banques commencent à appliquer des taux d’intérêt négatifs. D’autre part, ils savent que la demande pour de véritables voitures de collection existe réellement aux quatre coins du monde. La situation est dès lors plus confortable si vous voulez vendre un bien mobile, contrairement à un château par exemple, qui est plus dépendant de son environnement et immobile.» Sans les spéculateurs Il est sans aucun doute question d’opportunités à présent que les prix ont diminué dans l’ensemble. Philip Kantor : «Il est toutefois possible de constater qu’il s’agit principalement d’une correction de marché. Les prix des voitures qui ont augmenté trop rapidement ont ensuite chuté plus radicalement par rapport au prix des modèles avec une valeur plus stable. Cette tendance est principalement due au fait qu’un certain type d’acheteurs s’est retiré : celui qui achetait uniquement pour faire rapidement le plus possible de bénéfices. Pour ces spéculateurs, le type de voiture n’avait aucune importance. Ils ont souvent acheté sans demander des conseils et ont maintenant subi des pertes. Ils cherchent actuellement la prospérité autre part. Nous le constatons régulièrement lors des ventes aux enchères : les modèles de qualité parviennent encore à décrocher de bons prix. Il n’est par exemple pas possible de dire que «la» Porsche 911 a perdu de la valeur. Les acheteurs savent par exemple encore bien comment apprécier la valeur de la toute première 901, le nom initial de la 911, de 1965. Ou la légère 911 R, ou la première 911 S avec empattement court. Il s’agit encore de 911 d’exception et de valeur. Mais l’époque où il fallait débourser des sommes astronomiques pour une Philip Kantor. 911 en version quelconque importée des États-Unis dans les années 80 est révolue. Les personnes voient l’intérêt de se faire conseiller adéquatement et de savoir ce qu’ils achètent. Nous constatons actuellement que les prix des modèles que nous avons vendus à Knokke se trouvent encore au même niveau que ceux quatre ans plus tôt. Ce constat reflète tout de même une certaine stabilité dans la valeur.» Le public constitue une aide Philip Kantor affiche une certaine satisfaction à propos de la dernière Zoute Sale (avec public) qui a eu lieu en octobre, à Knokke. «Nous avons vendu au total pour plus de huit millions d’euros, un résultat tout à fait remarquable au vu des circonstances peu évidentes.» Généralement, la Zoute Sale représente l’un des points d’orgue du rallye des oldtimers du Zoute Grand Prix. Mais en raison des mesures liées au coronavirus, l’intégralité de l’événement a été sérieusement limitée en termes de capacité. «Nous avions malgré tout 200 personnes dans les deux salles, qui pouvaient toutes suivre la vente aux enchères dans une bulle de quatre à une distance suffisante des autres.» D’après Philip Kantor, ceci fait 54 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV

Deux grands succès de Bonhams en 2020 : la BMW 507, à la Zoute Sale (en haut) et la Bugatti T55 avec une carrosserie Figoni, à la vente aux enchères du Grand Palais de Paris (en bas). Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV 55