Miles

Views
4 months ago

Miles #39 - S'INSPIRER POUR SE REINVENTER

Miles #39 - S'INSPIRER POUR SE REINVENTER

IN LOVE JADE & JULES LE

IN LOVE JADE & JULES LE NOUVEAU ROMANTIQUEMATHÉMATIQUE Personal matchmaker depuis 2012, Annemieke Dubois y met du cœur. Avec le Covid, cette activité connaît un boom : « les gens ne savent plus comment se connecter à eux-mêmes ni aux autres. » Élisabeth Clauss eux, je ne fais pas que chercher la bonne personne ; je conseille, j’oriente ». Bruxelloise, la jeune femme s’est forgé une expérience dans le matchmaking en fondant Berkeley International, une «Pour aence e rencontres « e luxe », revendue depuis. Avant cela, elle travaillait dans le recrutement et les ressources humaines dans l’industrie pharmaceutique. Caster les bonnes personnes dans le bon contexte, elle en a fait sa spécialité. Son métier n’est pas uniquement fondé sur le romantisme, elle témoigne qu’il faut savoir épauler les clients. « C’est un métier très émotionnel. Avec la pandémie, je rencontre beaucoup de gens qui ont peur de la solitude, et qui sont prêts à se lancer dans n’importe quelle relation amoureuse, même toxique, plutôt que de se retrouver seul. Quand je le peux, j’invite ces dépendants affectifs effrayés à soigner ce manque en eux-mêmes, avant de céder à la tentation de le guérir en le remplissant avec la présence de quelqu’un d’autre. Je pousse les gens à clôturer vraiment leurs histoires pour être authentiquement disponibles émotionnellement, au lieu de se précipiter sur une relation pansement ». Un déséquilibre numérique Jade & Jules est une agence atypique : Annemieke est en quelque sorte « chargée de mission » par des hommes, pour provoquer une rencontre durable avec une femme. Pourquoi prendre le parti de chercher pour les hommes et non pas pour les femmes ? Annemieke refuse de se laisser enfermer dans un cliché sexiste ou daté : « j’ai lancé cette initiative sur la base d’un constat mathématique : dans chaque agence de rencontres, quelle que soit la formule, haut de gamme ou grand public, 70 % des inscrits sont des femmes. Pourquoi ? Parce qu’elles ont globalement plus de facilité à parler de leurs émotions, et se posent souvent plus de questions lorsqu’elles se projettent, ou du moins les expriment-elles immédiatement : « est-ce que cette personne me contacte parce que j’ai mis une belle photo ? Pour ma bonne situation ? Est-il vraiment libre ? Ses intentions sont-elles sérieuses ?... » En outre, un homme doit mettre son ego de côté pour faire le pas de demander de l’aide, car il ressent une sorte d’obligation de se débrouiller par lui-même. C’est la raison pour laquelle j’accompagne des hommes célibataires, indépendants financièrement, en recherche d’une relation durable. Pour apporter une solution aux déséquilibres entre le nombre d’hommes et de femmes inscrits en agence. C’est une dynamique singulière, mais il faut comprendre qu’un homme qui paye s’investit plus que celui qui utilise un service gratuit, et qui est là en joueur ou en touriste. Payer, ça garantit potentiellement des intentions plus durables et véritables ». En l’occurrence, 7.000 €. Les femmes sont invitées, ne réglant qu’une petite compensation au moment d’un matching. Son intention : inverser la loi de l’offre et de la demande Quand on se trouve face à un ratio de 2/3 de femmes pour 1/3 d’hommes inscrits dans ce type de structures, il y a forcément des déçues, qui ont payé pour faire de la figuration sur des listes. Annemieke mène plutôt un travail de vérification des objectifs réels de ses clients masculins, et de la cohérence de ce qu’ils avancent. Elle mène des visites à domicile durant parfois trois heures, au cours desquelles elle apprend à connaître l’adhérent, analyse, vérifie, jusqu’à sa gestion du business. « J’essaie de comprendre son contexte, de dérouler le fil rouge de ses relations sentimentales passées. Si les intentions ne sont pas intègres, mais matérialistes ou autres, il m’arrive de refuser une candidature. J’ai besoin de cerner la personne, d’avoir accès aussi à ses zones d’ombre. J’écoute quel est le profil qui pourrait lui convenir au mieux, en fonction de ses projections, et parfois, si je sens une inadéquation, je pousse à la réflexion. Car des choix qui ont systématiquement échoué sont-ils réellement les plus pertinents ? En tant qu’entrepreneur, il serait plus intéressant pour moi de faire payer les femmes ! Mais j’ai décidé d’inverser le rapport financier, pour faire un tri de sincérité à la base ». « Je protège les femmes, de par mon business model » « J’analyse in situ le background des hommes, je vérifie la véracité de ce qu’ils avancent. Je vérifie si la personne est vraiment honnête, et ça passe par son comportement professionnel. Actuellement, j’accompagne une quarantaine d’hommes en vue d’une relation durable. Je ne fais pas dans la quantité, je m’implique auprès de chaque personne. J’accomplis en quelque sorte le travail d’un bureau de recrutement. » Puisque la probabilité que deux personnes idéalement compatibles soient inscrites au même endroit, au même moment, est faible, Jade & Jules étend ses recherches à un réseau de sept autres agences de rencontres, pour multiplier les chances de provoquer des histoires potentiellement pérennes. Avec un concept lancé en octobre, Annemieke a déjà contribué à la rencontre d’une douzaine de couples a priori stables. L’amour n’est pas une question de mathématique mais sa durabilité, de patience et… de logique. 26 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV

27 Toute copie non autorisée est strictement interdite sans le consentement écrit préalable de Produpress SA/NV